Podcast #02 – Lieux inexplorés du Louvre : la galerie tactile

Second épisode de notre série consacrée aux lieux inexplorés du musée du Louvre : direction aujourd’hui la galerie tactile, un lieu bien caché de l’aile Denon qui invite les visiteurs à toucher les œuvres présentées.

La galerie tactile permet de braver un des interdits du musée du Louvre : toucher les œuvres. Une douzaine de reproductions de sculptures vous permettent d’appréhender les œuvres avec un sens différent de celui de la vue, celui du toucher. Conçue pour les personnes aveugles et malvoyantes, toute la muséographie est mise au service des ceux atteints d’un handicap visuel : couleurs contrastées, aires podotactiles, plan et cartels en braille, tout est conçu pour que l’espace soit uniquement parcouru par le toucher.

À travers la thématique « sculpter le corps », c’est une palette de la représentation du corps humain à travers l’histoire de la sculpture qui est proposée aux visiteurs. Une fois dans cette galerie taillée dans la pierre, cachée dans la partie la plus fréquentée du musée du Louvre, le visiteur pourra poser ses mains sur des œuvres en marbre ou des reproductions en plâtre, et essayer de se construire une image mentale de ce qu’ils ont sous les doigts. Une expérience de visite alternative que l’on vous recommande vivement.

Vous pouvez également retrouver l’émission sur YouTube : pour ce second épisode, nous nous sommes fait plaisir, en insérant beaucoup plus de séquences vidéos que le premier consacré à la salle Saint-Louis.

8 thoughts on “Podcast #02 – Lieux inexplorés du Louvre : la galerie tactile

  1. Choisie parmi 2800 réponses ! Touchée ! (btw c’est Lalie red hair). Depuis j’ai découvert les parcours de visite sur le site du Louvre (http://www.louvre.fr/parcours?page=1) grâce à un des derniers SMV que je suis en ligne depuis ma province. Plusieurs sont consacrés à l’histoire du bâtiment, qui est une oeuvre en soi ;-). Donc je saurais quoi faire la prochaine fois.

    Pour abonder votre réflexion sur le tactile au musée et sur les publics aveugles et malvoyants :
    Parmi les publics handicapés dans les musées, les aveugles et mal-voyants sont un public particulièrement intéressé et demandeur. Les offres des musées doivent être plurales car il n’y a pas une seule et unique approche pour ce public, qui comprend différents degrés et différentes idéologies. Cela dépend aussi du passé de la personne, si elle est née malvoyante/aveugle ou si elle a déjà vu. Dans le dernier cas on pourra évoquer des notions de couleurs, dans l’autre ce sera presque aberrant. On pourra par contre évoquer des intensités lumineuses qui sont plus faciles à percevoir. Pour les tableaux, les services des publics peuvent créer des reproductions thermo-gonflées, certains éléments, certaines textures ou surfaces seront mis en évidence par un traitement en relief. Des couleurs simples et contrastées pourront être ajoutées également pour être utile à ceux qui les perçoivent. Tout dépend de ce qu’on veut faire passer de l’oeuvre : sa composition, le traitement de la lumière, l’iconographie/l’histoire/la signification mais il faudra forcément faire un choix, nos images sont trop riches.
    Certains malvoyants détestent cette approche et préfèrent la visite descriptive, souvent consacrée à une oeuvre unique, qui permet de l’explorer d’une manière uniquement conceptuelle. Une expérience que j’aimerai vivre un jour (bien que parfaitement voyante).
    Concernant les visites tactiles, comme vous l’avez constaté elles sont toujours guidées car, vous l’avez remarqué aussi, nos doigts ne sont pas des yeux.

    La possibilité de toucher les objets est une excellente proposition, surtout si elle apporte à tous les publics, ce que vous avez vécu ! La galerie tactile est une super idée du musée du Louvre même si je trouve qu’elle est un peu mise de côté par rapport au reste des espaces alors que l’approche proposée dans le département des arts de l’Islam est beaucoup plus intégrée et profites sans doute à plus de monde.
    Cette réticence à toucher pour les voyants, je l’explique par l’imprégnation de la sacro-sainte règle et par ce côté : je suis capable de voir, donc ce n’est pas pour moi. C’est aussi ce que j’ai pu constater lors de ma visite au musée de l’homme.

    Ma proposition pour une future thématique de la galerie tactile : élaborer le sujet et le parcours avec une association ou un groupe de mal-voyants afin que le projet du musée et ce public se rencontrent de manière plus horizontale.

    Question : la galerie tactile est-elle accessible avec le billet classique (même gratuit – de 26 ans) ?

    1. Merci pour cette visite, j’ai beaucoup apprécié la vidéo cette fois, où j’ai mieux compris la galerie Donatello et situé la galerie tactile dans mon plan du Louvre. Vivement le prochain podcast

      1. Merci pour cette réflexion et ce retour Lalie Red Hair (j’ai terriblement écorché ton pseudo à l’oral, applaudissements s’il vous plaît.)
        Je suis parfaitement d’accord avec ton point de vue, les expériences doivent être plurales et ne pas se cantonner à la simple expérience du toucher. Sur twitter, @mirandagunnarss à également mentionné un dispositif audio du Statens Museum for Kunst que je trouve très ingénieux : une mise en contexte de l’oeuvre par une médiation musicale. Après tout, la musique peut également véhiculer une émotion et pourquoi pas, participer à cette construction mentale d’une oeuvre.

        La Galerie Tactile est incluse dans les collections permanentes, aile Denon un simple billet d’entrée suffit pour s’y rendre. Le prochain lieu inexploré est arrêté, nous prenons une petit pause avant de reprendre les enregistrements mi-mars désormais.

      2. Il y a de plus en plus de projets de la sorte. A Caen, il y a quelques années, un projet de mise en son de l’espace muséographique a été mis en place. C’était un prototype un peu lourd mais selon les déplacements du visiteur dans l’espace, la bande son s’adaptait à ce qu’il était susceptible de voir. Il y a des collaborations à mettre en place avec le domaine musical. Enfin, si les musées manquaient de projets ça se saurait, c’est plutôt le budget pour les réaliser qui est difficile (et le temps et le personnel qui vont avec). A la prochaine alors !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s