État d’urgence : le musée Rodin de Meudon contraint de fermer ses portes

Le musée Rodin à Meudon est fermé pour cause d’état d’urgence. Pas assez de moyens pour assurer la sécurité du site alors qu’il faut aussi renforcer celui de Paris au lendemain du 13 novembre. Mal nécessaire ou atteinte aux libertés ?

« A la guerre comme à la guerre » se justifie le service communication du musée Rodin et d’ajouter, amer : « ce n’est pas par gaîté de cœur que nous avons pris cette décision ». De fait, au lendemain du 13 novembre, les établissements publics ont reçu des consignes, notamment celle de renforcer les mesures du plan Vigipirate. En clair, les contrôles de sécurité aux entrées des sites sont plus longs et plus durs et provoquent irrémédiablement des conséquences. Si des moyens supplémentaires ne sont pas alloués, c’est l’embouteillage assuré aux portes du musée. Pour le site de Paris, le risque c’est d’avoir une file immense dans la rue et donc, un public particulièrement exposé. C’est ce qu’a voulu absolument éviter la direction qui a donc choisi cette solution d’urgence : transférer les postes des agents de sécurité du site de Meudon sur celui de Paris et donc, fermer les portes du musée de Meudon.

Mardi matin, portes closes devant le musée et cet écriteau: le musée sera totalement fermé à la visite (...) pendant toute la durée de l'état d'urgence / © Tanguy Lyonnet
Mardi matin, portes closes devant le musée et cet écriteau: le musée sera totalement fermé à la visite (…) pendant toute la durée de l’état d’urgence / © Tanguy Lyonnet

« C’est une décision ponctuelle » tempère la directrice du musée Rodin, Catherine Chevillot. « Nous n’avions pas le budget nécessaire pour assurer la sécurité des deux sites », explique-t-elle et de rappeler que le musée de Paris vient de rouvrir après trois ans de travaux et des millions d’euros d’investissements… Hasard du calendrier, la réouverture a même eu lieu la veille du 13 novembre. « Les attentats ont tué la réouverture » avance le service de communication, écœuré par les chiffres de la première semaine, évidemment très bas en raison du climat ambiant et par rapport aux attentes du musée.

Autant de raisons qui ont mené à cette décision. Mais quid de l’aide de l’État ? Il est vrai, le musée Rodin a un financement tout à fait atypique. C’est le seul établissement public qui s’autofinance. À sa mort, le sculpteur avait choisi de donner ses droits aux gestionnaires du musée. L’établissement s’alimente donc en vendant de temps à autres des bronzes estampillés du nom de l’artiste et qui ont valeur d’œuvres originales puisqu’ils sont coulés et moulés dans les règles de l’art. L’État ne donne donc aucune subvention pour le budget de fonctionnement du musée – qui comprend notamment le dispositif de sécurité. Pourtant, le communiqué du ministère est formel. Il est prévu des « déblocages de financements pour renforcer la sécurité ». Alors, où est l’enveloppe ? « Un diagnostic est en cours dans les musées pour savoir quels besoins ils ont et comment y répondre » affirme le ministère pour justifier que le musée n’ait pas encore reçu d’aide financière. Une demande en ce sens n’a néanmoins pas été explicitement formulée par la direction du musée. Le service de communication est même pessimiste : « Vous croyez encore à l’État providence ? » avant de rappeler que les subventions sont en baisse depuis plusieurs années et d’estimer tout de go que l’État est en « faillite » et que ce n’est certainement pas le moment de demander un petit coup de pouce supplémentaire.

Extrait du communiqué du ministère de la Culture pour renforcer la sécurité suite aux attentats du 13 novembre
Extrait du communiqué du ministère de la Culture pour renforcer la sécurité suite aux attentats du 13 novembre

Tous rétorquent – ministère et direction du musée – que l’impact de la fermeture sur le public représente très peu. De fait, le site de Meudon n’a que 17 000 visiteurs par an contre 700 000 à Paris. Il est ouvert trois jours par semaine : vendredi, samedi et dimanche. La majorité des visiteurs sont des groupes scolaires qui, eux, peuvent encore visiter le site de Meudon. Le musée n’est fermé qu’aux visiteurs particuliers qui sont très peu chaque année – même si l’ambition est, depuis quelques temps, de les multiplier et de faire connaître le site (depuis trois ans le musée est ouvert toute l’année contre six mois auparavant).

Reste l’aspect symbolique : fermer un musée pour cause d’état d’urgence dans le climat des attentats. Fermer un musée peuplé de sculptures et d’œuvres antiques – la collection personnelle de Rodin – qui sont aussi les victimes des terroristes, en Syrie notamment. Rodin collectionnait et aimait l’art assyrien, aujourd’hui détruit par les djihadistes de Daech. « Ce n’est pas satisfaisant » glisse, gêné, le ministère de la Culture et de la Communication quand on évoque la fermeture. Il rappelle l’engagement pris par la ministre Fleur Pellerin de rouvrir les établissements culturels dès le lundi suivant les attaques du 13 novembre. Depuis que Pointculture pose des questions, on étaye et on tient à préciser : « le ministère travaille sur une réouverture du musée le plus rapidement possible. » Jusqu’à la fin de l’état d’urgence comme le disait d’abord le musée ? « Non, avant sans doute », lance le ministère et la direction du musée ose même ajouter : « Peut-être courant, fin janvier… ». Aucune date n’a évidemment été arrêtée…

Et puis, aucun communiqué de presse pour prévenir de cette décision. « Avec la réouverture ce n’était pas la peine de compliquer les choses » se justifie le service communication. Sur le site, on a changé à la va-vite le message. Jusqu’à hier, une mention disait : « en raison des évènements tragiques survenus la nuit du 13 au 14 novembre 2015, le musée Rodin de Meudon est fermé au public jusqu’à la fin de l’état d’urgence ». Après nos questions, il a été changé par cette indication, beaucoup plus vague : « le musée Rodin de Meudon est temporairement fermé sauf pour les scolaires et les rendez-vous déjà pris ».

Devant les grilles du musée, mardi matin, il y avait encore cet écriteau : « Le musée Rodin de Meudon sera totalement fermé à la visite […] pendant toute la durée de l’état d’urgence qui est de trois mois. (Pour l’instant) ».

Pour l’instant, ministère et musée assurent tout faire pour une rapide réouverture. On attend et on guette.

Mardi matin, portes closes devant le musée et cet écriteau: le musée sera totalement fermé à la visite (...) pendant toute la durée de l'état d'urgence / © Tanguy Lyonnet
Mardi matin, portes closes devant le musée et cet écriteau: le musée sera totalement fermé à la visite (…) pendant toute la durée de l’état d’urgence / © Tanguy Lyonnet

Jean-Baptiste Gauvin

One thought on “État d’urgence : le musée Rodin de Meudon contraint de fermer ses portes

  1. Quelle tristesse ! J’ai visité pour la première fois le musée Rodin en septembre, ça été une très belle révélation. J’allais lui consacrer un billet…

    La semaine dernière, j’ai rédigé un billet (pas encore publié) sur ce que l’état d’urgence nous volait. Je vais ajouter un lien vers votre article !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s