Nous gagnerons toujours

Les mots manquent pour beaucoup de choses ces derniers jours. Pour exprimer notre ressenti face à ces actes abominables, pour exprimer notre peine aux proches qui ont perdu quelqu’un de cher, pour dessiner l’après. S’attaquer à la musique, à la jeunesse qui chante, qui boit et échange, c’est montrer sa peur face à cette France jeune, éclairée, qui fait des différences son unité et sa force. Mais face à ce coup porté au cœur, Paris se relève, la France se relève. Jamais la capitale n’a aussi bien porté sa devise Fluctuat nec mergitur, « Il est battu par les flots mais ne sombre pas ». Lorsque j’apprenais la destruction du Lion d’Athéna à Palmyre en juillet dernier, je ne pouvais m’empêcher de faire le rapprochement avec les lions qui peuplent notre capitale : la porte des Lions du musée du Louvre, le lion de Barye qui rôde dans les Tuileries. Ce rapprochement me fit prendre conscience que ce lion touché en Syrie aurait pu être un de ces lions parisiens, qu’il ne fallait pas baisser les yeux sur la violence qui touche au quotidien des populations meurtries par ces massacres et ces destructions.  Mais ce sont nos proches, nos amis, nos parents qui firent face à ces folies meurtrières, les pires que Paris dut affronter.

Mais battue par les flots, Paris ne sombrera pas, notre pays ne doit pas sombrer. Nous devons continuer de vivre, sans faire abstraction de ces tristes évènements, nous devons avancer. Après quelques moments d’hésitations de mon côté, la détermination. Celle de ne pas céder à la peur et à la résignation, et employer cette force, qui mêle malgré tout chagrin et rage, à écrire, encore, et encore, comme je l’ai toujours fait, comme nous l’avons toujours fait depuis des années. Plus que jamais, j’ai envie d’écrire pour pointculture. Notre patrimoine et nos musées ont fermé leurs portes ce week-end, et Gérard Audinet, directeur des maisons de Victor Hugo, a parfaitement su illustrer cette dure décision, mais capitale : « Fermer les musées est un geste de deuil et de respect pour les victimes. Fermer les musées, c’est aussi prendre en compte la sécurité des agents d’accueil autant quelle public. Fermer les musées est le symbole fort que notre humanisme est meurtri et en danger. Les rouvrir réaffirmera notre espoir et nos valeurs. ». Notre musée du Louvre était bien calme ce lundi 16 novembre, jour de réouverture de l’établissement. Je n’ai pourtant jamais été aussi heureux de retrouver toutes ces œuvres issues de civilisations et d’âges différents, qui nous montrent que l’homme peut réaliser des choses belles, des choses exceptionnelles quelles que soient sa culture, sa foi, ses pensées. Fidèle à elle-même, La Liberté guidant le Peuple s’affranchissait de son rang d’icône martelée sur tous les produits dérivés du musée, pour incarner plus que jamais ce ressenti qui doit nous habiter : celui d’avancer, malgré les blessures, celui d’exprimer sa détermination à avancer, sans oublier de regarder ce que nous laissons derrière nous. Ne nous laissons pas impressionner par les actes de terreur de ces soldats de l’ombre, impressionnons-les par notre courage et notre détermination, celle qui nous fait relever à chaque fois que nous sommes touchés en plein cœur. Continuons à rire, à râler, pleurer, à nous poser des questions, à nous enrichir de notre diversité, à nous nourrir de notre culture et de notre patrimoine qui font la force de notre pays. Nous gagnerons toujours.

À la mémoire des victimes des attentats du 13 novembre. Nos plus sincères pensées à tous leurs proches.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s