Hong Kong Parr

parrRien n’est trop beau pour Martin Parr qui s’attache à illustrer avec dérision ses voyages marqués par une Joconde cachée derrière un nuage de smartphones où une plage surpeuplée en Argentine, entre autres. Quand le photographe britannique apporte son appareil à Hong Kong, c’est pour nous livrer le portrait d’une ville aux multiples facettes où plusieurs portraits de villes dans la ville.

Mais plus qu’une ville, Hong-Kong est une expérience qui nous arrache de la civilisation occidentale, du microcosme parisien dans lequel on s’enferme, pour nous ouvrir littéralement les yeux fermés depuis trop longtemps. Des néons qui brillent de mille feux la nuit tombée aux signaux sonores qui parsèment chaque recoins de rue, de cet urbanisme disparate et labyrinthique aux publicités si assommantes qu’elles en deviennent invisibles, Hong Kong abrite une effervescence qu’il faut voir et ressentir une fois dans sa vie. L’audace architecturale des constructions les plus modernes écrasent les temples les plus modestes qui arborent les couleurs les plus chatoyantes, tandis que leurs intérieurs baignent dans une atmosphère lourde et chargée d’encens qui nous plonge dans cet imaginaire de l’Asie fantasmée, façonné avant d’y venir pour la première fois. Les vagabonds de culture qui nous lisent trouveront leur bonheur au Hong Kong Museum of Art, qui offre une pause bien méritée et abrite une solide collection de peintures, sculptures, calligraphies et arts décoratifs Hong Kongais. Les amateurs d’architecture traditionnelle préfèreront franchir les portes du Chi Lin Nunnery et du Nan Lian Garden, véritable havres de paix aux courbes évoquant l’architecture Tang, au milieu de cette ville qui ne dort jamais. Impossible d’être exhaustif, la véritable richesse de cette ville se dévoile au fil d’un désir de découverte parsemé de hasards.

Célèbre pour avoir capturé, non sans ironie, les masses de touristes de Pise, Athènes ou encore Paris, Martin Parr pointa également son objectif à Hong Kong, où se côtoient les marchés de poissons et computer center, véritables capharnaüm high-tech où les choses les plus inutiles se révèlent être les plus indispensables. Quiconque aura fait le voyage à Hong-Kong saura retrouver dans les clichés de Martin Parr, ces petits rien qui nous interpellent pour former en définitive, une constellation de souvenirs indissociables à l’expérience que propose cette ville fascinante qui mérite plus d’une visite. Ce sont ces petits riens capturés par le célèbre photographe que nous souhaitions partager aujourd’hui.

martinparr.com
blindspotgallery.com


Nicolas Alpach

twittermail

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s