Le musée Auguste Comte, Quartier latin

Un lieu étonnant vous attend au cœur du Quartier latin, 10 rue Monsieur-le-Prince. On connaît Auguste Comte (1798-1857). On connaît la rue Auguste Comte. On connaît le Monument à Auguste Comte place de la Sorbonne. On connaît même l’arrêt de bus Auguste Comte. Mais connaît-on la maison-musée Auguste Comte ? Il y vécut pendant seize années de 1841 à 1857. Auguste Comte est connu pour avoir inventé le concept philosophique de positivisme, et est aussi à l’initiative de la sociologie comme discipline. 

Parlons peu, parlons bien, le positivisme, si l’on peut tenter de le définir en quelques mots, est une philosophie prônant une vérification des faits naturels par des moyens concrets plutôt que par l’intervention de croyances théologiques. Autrement dit, il est question de répondre à « comment ? », plutôt que « pourquoi ? ». C’est naturellement qu’il définit une nouvelle religion non pas chrétienne mais une « religion de l’humanité ».

Alors à quoi bon se rendre dans l’appartement d’un philosophe, quand celui-ci n’abrite pas d’œuvres à l’image de la maison-musée Gustave Moreau ? C’est une plongée au cœur du XIXe siècle qui s’offre à vous. Non seulement, tout a été utilisé par Comte mais en plus, il n’y a pas le faste d’un Louvre ou d’un Versailles, qui sont parfois lourds. C’est un appartement relativement grand, d’environ 150 m2, d’un personnage confortable. De la petite cuillère de Comte, à l’armoire de sa bonne, la table de la salle à manger, son bureau et le miroir devant lequel il travaillait, mais aussi les livres encore dans sa bibliothèque, jusqu’au tableau noir sur lequel il enseignait ses idées, enfin le lit de sa chambre, où il s’éteignit à 59 ans… Une quantité impressionnante d’objets donnent une présence encore très grande au philosophe. Un grand nombre de documents sont également sous vitrine (rarement fac-similés) que l’on ne montre habituellement pas pour un artiste car les œuvres remplissent ce rôle de témoignage. Il est intéressant de voir qu’en l’absence d’œuvres, on découvre des documents beaucoup plus originaux, lettres d’amour, photographies de la rue, extrait de mariage, écrits… Bref, on pourrait parfaitement y venir pour apprécier une ambiance XIXe siècle.

Ambiance qui est d’ailleurs restituée en 1960, sous un parquet grinçant ou une tomette brune. Grâce à l’inventaire après décès, Paulo Carneiro a réaménagé l’appartement avec les meubles et objets qui étaient en utilisés par Comte. Plus étonnant encore, l’agencement du lieu. Pour une fois, il ne s’agit pas d’un immeuble haussmannien mais d’un immeuble du XVIIIe siècle, donc ayant un agencement des pièces particulier sans aucune symétrie, une cage d’escalier toute aussi curieuse en « triangle », et quelques salles en enfilades comme à Versailles !

Le musée est très didactique. Souvent, la masse de choses à lire décourage le visiteur. L’affichage est assez sommaire tout en étant fascinant ; on y apprend une quantité de choses notamment sur l’homme et sa vie privée, mais aussi sur le philosophe et sa pensée et sur l’« école » dont il sera l’inquisiteur. Maison qui fait écho à la maison de Balzac dans le 16e arr., où l’absence de mobilier (et donc l’absence de la vie de l’écrivain, si ce n’est son bureau) me laisse quelque peu sur ma faim à chaque fois.

Le musée est rattaché à l’Association Internationale Maison d’Auguste Comte, créée en 1954 par Paulo Carneiro, le même qui a réaménagé l’appartement trois années plus tard. Elle gère d’ailleurs tout l’immeuble. Seulement, les visites sont rares. Uniquement le mercredi de 14h à 17h ; d’ailleurs, l’association souhaiterait ouvrir le samedi également. Ce qui n’empêche pas le personnel d’être on ne peut plus agréable ; d’autant plus que les tarifs sont généreux, malgré la pénurie de visiteurs et le manque de communication dont il souffre. Plus que jamais,  vous conseille vivement d’aller découvrir ce lieu étonnant…

10, rue Monsieur-le-Prince
Paris, 75 006
Sonner, à gauche, 2e étage
Mercredi, 14h-17h
Tarif : 4 €, 2€ (étudiants), gratuit (demandeurs d’emploi/minimas sociaux)

damien
Damien

tweet@

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s