Une restauration pour les fresques de Delacroix à Saint-Sulpice

saint sulpicePour une bonne nouvelle, c’est une bonne nouvelle ! Les dernières œuvres d’Eugène Delacroix qui ornent les murs et plafonds de la chapelle des Saints-Anges vont pouvoir retrouver leur éclat d’antan. Héliodore chassé du temple, Le combat de Jacob avec l’Ange et Saint Michel terrassant le Dragon, trésors de l’église Saint-Sulpice au sein du sixième arrondissement de Paris, vont en effet entrer en restauration dès cette fin d’année. Si le but de cette restauration est de redonner aux fresques leur éclat initial, la restauration de la chapelle ne s’arrêtera pas là, il est véritablement question d’accorder à cette œuvre de Delacroix toute l’attention qu’elle mérite. Le vitrail entre lui aussi en restauration et l’éclairage sera entièrement repensé : on ne pouvait rêver mieux pour ces œuvres qui étaient victimes depuis maintenant bon nombre d’années d’une visibilité déplorable.

D’après l’annonce de la Mairie de Paris et de la Fondation du Patrimoine, le projet de restauration sera officiellement lancé ce vendredi 23 septembre 2014, et un appel aux dons est d’ores et déjà mis en place pour pouvoir entreprendre la renaissance de ces chefs-d’œuvre de la peinture française, aujourd’hui endommagés et victimes d’une présentation qui ne leur rend vraiment pas hommage.

La chapelle des Saints-Anges est un lieu à ne pas manquer pour tout amateur d’art, et particulièrement de peinture française du XIXe siècle. Il s’agit ni plus ni moins de la dernière œuvre peinte d’Eugène Delacroix. Et tandis que des milliers de visiteurs du musée du Louvre se hâtent chaque jour devant La Liberté guidant le Peuple, les fresques de la chapelle sont bien moins prisées et méritent pourtant toute notre attention. Il aura fallu quatorze ans à Delacroix pour venir à bout de ce chantier complexe : l’artiste âge et fatigué, travailla dans des conditions difficiles, et ce fut après de nombreuses années d’effort qu’il parviendra à peindre sur ces murs humides, dont l’hiver rendait la réalisation des fresques impraticable. L’artiste mourra deux ans après la réalisation de ces fresques, au cœur de sa maison située rue Furstenberg (aujourd’hui Musée national Eugène Delacroix), qu’il occupa pour loger non loin de Saint-Sulpice. Un chef-d’œuvre réalisé dans la douleur, si bien qu’on pourrait y voir en ce Jacob luttant contre l’ange, Delacroix combatif jusqu’au bout, dans ses derniers retranchements, pour nous livrer ces fresques sublimes qui entreront prochainement dans une phase de restauration bien méritée.


Nicolas – Rédacteur en chef
> Tous ses articles
> Twitter

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s