[Lieux inexplorés du Louvre] Levant : les royaumes phéniciens

Qu’on se le dise, le département des Antiquités orientales n’est pas celui qui attire le plus de foule. Bien que cette salle soit ouverte depuis peu de temps, du fait de sa position, elle ne peut faire salle comble. Ce qui est fort malheureux car les œuvres qui y sont préservées sont toutes le témoin précieux de civilisations qui ont vécu il y a des millénaires. 

Escalier menant de la salle 18a à la salle 17a, au rez-de-chaussée de l'aile Sully, Paris, musée du Louvre. © Point Culture.
Escalier menant de la salle 18a à la salle 17a, au rez-de-chaussée de l’aile Sully, Paris, musée du Louvre. © Point Culture.

L’ouverture des salles des Objets d’art du XVIIIe siècle du Louvre a fait tellement de bruit que l’on a passé sous silence une autre réouverture. Plus étonnant encore, les quelques salles qui étaient fermées pour travaux se trouvent pile au-dessous des Objets d’art. Ainsi, retournons dans l’aile Sully. Le parcours chronologique fait passer de Louis XIV au règne de Louis XVI. Arrivé dans la dernière salle – oui, c’est triste –, un escalier mènera votre esprit du XVIIIe français au IIe millénaire du Proche-Orient ancien. Certes, les marches de l’escalier se terminent à la fin du parcours. Cela étant, rien n’empêche de traverser avec des œillères afin de ne pas dévoiler la suite des quelques trésors…

De la salle 21 à la salle 18, nous reculons. Puis là, un escalier attire notre attention (salle 18a). Il occupe une place plutôt imposante dans la salle remplie de calcaires. Curieux comme nous sommes, nous descendons. Nous sommes arrivés. Salle 17a « Levant : les royaumes phéniciens ». Par quoi commencer ? Les œuvres surprenantes qu’elle renferme ou l’architecture de la salle ? Que s’y cache-t-il qui vaille la peine qu’on en parle ainsi ? Une région que la salle replace entre le VIIIe siècle av. J.-C. et le IIe siècle av. J.-C. Ce sont ces Phéniciens qui occupent la côte levantine (les actuels Liban et Syrie). Une zone de montagnes constituée de villes et de terres. Populations « coincées » dans un développement économique et politique par les grandes puissances de l’époque, les Assyriens à l’Est et les Égyptiens au Sud.

La salle 17a du musée du Louvre. © Point Culture.
La salle 17a du musée du Louvre. © Point Culture.

64 : c’est le nombre de pièces, œuvres, fragments, sarcophages ; considérez-les comme il vous plaira. Riche des influences qui entourent le Levant, on tombe volontiers sur un sarcophage ou un obélisque à s’y méprendre. Est-on dans le département des Antiquités égyptiennes ? Non, non. Mais aussi, on tombe sur un bout de frise ornée d’oves et de raies de cœur. Est-ce le département des Antiquités grecques, étrusques et romaines ? Non plus ! Il est étonnant de constater à quel point tout est lié. Si un spécialiste du Proche-Orient me lisait, il grognerait certainement. Mais force est de constater que cette salle réalise une sorte de synthèse du monde antique, Grèce, Égypte, Proche-Orient. Un sphinx, un griffon, une divinité, une statue votive, une stèle, un architrave, un chapiteau ionique…

En haut : Sarcophage anthropoïde  Fin Ve siècle avant J.-C., © Musée du Louvre/C. Larrieu. En bas à gauche : Tête humaine  Ve - IVe siècle avant J.-C., © 2005 Photo RMN / Franck Raux. En bas à droite : Frise et architrave de temple  150 - 200 après J.-C., © Point Culture.
En haut : Sarcophage anthropoïde, fin Ve s. av. J.-C., © Musée du Louvre / C. Larrieu. En bas (gauche) : Tête humaine, Ve-IVe s. av. J.-C., © 2005 RMN / Franck Raux. En bas (droite) : Frise et architrave de temple, 150-200 ap. J.-C., © Point Culture.

Plus étonnant encore, l’architecture de la salle n’est pas commune. D’ailleurs, on se demande à un moment si l’on est encore au Louvre. Il s’agit d’une salle voûtée en berceau ayant plusieurs bras à gauche et à droite où l’on entre comme dans un petit naos afin de découvrir une nouvelle fois, les traces des civilisations passées. Au final, l’apparence générale de la salle s’apparente plus à une cave où l’on aurait soigneusement aligné du vin. Mais cette atmosphère si mystérieuse, quelque peu froide et étriquée permet de se concentrer et de se « mettre dans le bain » afin de savourer encore plus ce qui nous entoure…

Musée du Louvre
Aile Sully
Rez-de-chaussée
Salle 17a

 

 


damien
Damien – Rédacteur
> Tous ses articles
> Twitter

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s