« Août 1944, le combat pour la liberté » à l’Hôtel de Ville de Paris

affiche liberez paris

Faisant écho à l’excellente exposition « Paris libéré, Paris photographié, Paris exposé » qui se tient actuellement au musée Carnavalet, dont nous aurons l’occasion de vous reparler très bientôt, « Août 1944, le combat pour la liberté » offre aux visiteurs l’occasion de revivre les dernières heures de la Seconde Guerre mondiale au sein de la capitale : de l’occupation allemande au défilé du général de Gaulle, en passant par l’insurrection et les combats qui eurent lieu à Paris. Tout un programme, gratuit qui plus est. 

Située au sein de la salle Saint Jean (l’entrée se situe au 5, rue Lobau), l’exposition peut être divisée en deux parties bien distinctes : la première retrace sur le premier niveau de la salle, les derniers moments  de la guerre à Paris, tandis que la seconde, située au niveau inférieur, propose deux écrans de projections gigantesques, illustrant avec de nombreuses vidéos, les conflits et moments de gloire issus de cette guerre. Une fois a l’étage supérieur, de façon très linéaire, l’exposition lie habilement photographies de l’époque avec de nombreuses unes de journaux, illustrant les faits capturés à travers l’objectif des photographes. Journaux et photographies, mais aussi bulletins d’informations et communiqués officiels sont présentés aux visiteurs. Seul regret, le placement des photographies un peu bas, qui rend leur visibilité et accès assez difficile en cas d’affluence.

paris exposition       exposition libération paris

L’exposition nous plonge dans un Paris sous l’occupation allemande, qui depuis maintenant quatre ans, ne cesse de croire et d’attendre sa libération. En complément des nombreuses photographies, les documents d’archives nous présentent les menaces de la part des forces allemandes à l’encontre de quiconque tenterait d’aspirer à rejoindre la résistance, à travers un tract de Von Choltitz. Mais les communiqués peuvent également provenir des F.F.I., rétorquant « Il n’est absolument pas question de cesser le feu », ou plus méconnu encore, un tract à destination de la population, demandant aux personnes portant le brassard F.F.I., de le porter uniquement sous réserve d’avoir reçu l’autorisation de le porter. « Je ne veux que des combattants, non des mannequins de défilé ! » La plume est-elle plus forte que l’épée ? Quoi qu’il en soit, la presse et les communiqués jouèrent un rôle essentiel lors de la guerre, et l’exposition lui accorde une place de choix, et une importance égale voire supérieure aux photographies. Après l’appel à la grève insurrectionnelle lancée par les cheminots (tiens tiens…) et l’insurrection dont la police est à l’initiative, annoncent des combats sanglants au sein de la capitale, et l’élévation de nombreuses barricades à travers la ville. Femmes et enfants sont mis à contribution et dressent des chaînes afin d’accélérer la création de ces barricades d’urgence. Tout est bon à prendre, arbres, pavés, mobiliers : l’insurrection est en place, et ce Paris des barricades renoue avec une tradition que la ville avait bien connue en 1830 et 1848.

paris barricade       barricade pavés

Le combat pour la liberté touche bientôt à sa fin. Contrairement au général américain Eisenhower, de Gaulle souhaite libérer Paris, et au plus vite. L’arrivée de la 2e DB, le 25 août 1944, écrase les dernières défenses allemandes, et fait prisonnier Von Choltitz : Paris est libéré, une libération, des retrouvailles avec la liberté encrée à jamais dans les mémoires à travers le défilé du général de Gaulle sur les Champs-Élysées le 26 août. Le parcours linéaire que nous effectuons à travers la première partie de l’exposition a le mérite de présenter les grandes lignes de ces dernières heures de la guerre à Paris très simplement, sans négliger la richesse des photographies et nombreux journaux présentés, dont la plupart proviennent du musée de la Libération de Paris – musée Jean Moulin. Nous quittons le Paris libéré pour atteindre la seconde partie de l’exposition où un écran monumental nous présente de chacun de ses côtes, une fresque retraçant les grands moments de ce combat de la liberté. Retentissent cris de joies, tirs de résistants, tout ce qui était représenté dans la partie précédente, prend vie ici, au sein de ces deux fresques vidéos monumentales. La richesse et le nombre des archives vidéos présentées complètent parfaitement les photographies et coupures presses exposées auparavant. Plus touchant, des devoirs d’enfants, ayant vécu la libération, sont exposés à côtés de nombreuses photos rendant hommage aux disparus de cette guerre. Si les plaques commémoratives, aujourd’hui parsemées dans la capitale, continuent de célébrer la mémoire des ces combattants tombés pour notre pays, ces soldats restent anonymes à nos yeux, ce qui n’était pas le cas en 1944, où se multipliaient les hommages rendus aux voisins, frères, tombés quelques jours auparavant…

archives guerres       enfants libération

70 ans après la libération de Paris, « Août 1944, le combat pour la liberté » est une excellente façon de se replonger au sein de ce temps fort de l’histoire de France, qui marqua la fin d’un des épisodes les plus sombres de son histoire. Moins dense que l’exposition « Paris libéré, Paris photographié, Paris exposé » du musée Carnavalet, elle a le mérite d’être gratuite et offre une parfaite visite complémentaire avec celle située non loin, rue des Francs Bourgeois. Cet été, l’heure est à la commémoration de la libération de Paris, et le choix qui vous est offert pour revivre cet évènement est riche, ne vous privez pas donc, cette page de l’histoire en rien, ne doit être oubliée.

Août 1944, Libération Le combat pour la liberté
20 juin – 27 septembre 2014
Hôtel de Ville, Paris
Salle Saint-Jean
5 rue Lobau, 75004, Paris
Sauf dimanches et jours fériés
10h – 18h30

Nicolas – Rédacteur en chef
> Tous ses articles
> Twitter

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s