[Œuvres méconnues du Louvre] David, Le général Bonaparte

Il est temps de s’éloigner du sourire de cette chère Monna Lisa, du tumulte de la Grande Galerie pour partir à la rencontre de lieux inexplorés, d’œuvres méconnues du plus grand musée du monde. Loin des salles les plus prisées par les visiteurs, on se retrouve parfois seul face à une sculpture ou une toile délaissée par le public et le rapport avec l’œuvre n’est jamais le même, une certaine proximité se crée avec une figure faite de peinture, de marbre… Des grands tableaux d’histoire aux œuvres les plus modestes, derrière chacune d’elles se cache un chef-d’œuvre aux yeux de chacun d’entre nous, qui diffère selon nos goûts, notre sensibilité… Aujourd’hui, une esquisse du général Bonaparte, peinte par Jacques-Louis David.

bonaparte david
Jacques-Louis David, Le Général Bonaparte. 1797-1798. Paris, musée du Louvre. © Musée du Louvre/A. Dequier – M. Bard.

Direction la Salle A de la Donation Carlos de Beistegui (aile Sully) pour une rencontre avec le jeune général Bonaparte. Il n’est encore ici ni Consul, ni Empereur, mais un général dont la popularité ne cesse de croître. Quelques mois auparavant, Antoine-Jean Gros peignait Bonaparte au Pont d’Arcole qui lançait véritablement la propagande bonapartiste, et signait par la même occasion l’assurance d’une grande carrière pour l’élève de David qui se suicidera en 1835. À son retour de la campagne d’Italie, de nombreux artistes se pressent pour voir le jeune général victorieux, dont Jacques-Louis David. Ce fervent révolutionnaire, ne cessera de porter une grande admiration à ce futur Empereur, en témoigne une de ses plus grandes œuvres, Le Sacre de Napoléon peinte en 1806-1807 et qui se trouve un étage en dessous.

« Oh mes amis quelle belle tête il a ! C’est pur, c’est grand, c’est beau comme l’Antique ! ». cria le peintre des Sabines. L’enthousiasme de David par rapport à la venue de Bonaparte dans son atelier est immense. Ce dernier l’invita à poser afin de réaliser son portrait au sein d’une grande composition, présentant le jeune général sur le plateau de Rivoli, tenant fermement le traité de Campo-Formio. Cette venue de Bonaparte à l’atelier de David sera la première et la dernière. Le général trouve en effet ces séances de pose interminables, et a du mal à rester en place et ne renouvellera pas l’expérience de sitôt. Etienne Jean Délécluze, élève de David nous présente d’ailleurs dans son ouvrage Louis David, son école et son temps, un échange entre le peintre et le général :

– Poser ? à quoi bon ? croyez-vous que les grands hommes de l’Antiquité dont nous avons les images aient posé ?
– Mais citoyen premier consul je vous peins pour votre siècle, pour des hommes qui vous ont vu, qui vous connaissent, ils voudront vous trouver ressemblant.
– Ressemblant ? Ce n’est pas l’exactitude des traits, un petit pois sur le nez qui font la ressemblance. C’est le caractère de la physionomie ce qui l’anime qu’il faut peindre. […] Personne ne s’informe si les portraits des grands hommes sont ressemblants, il suffit que leur génie y vive. 

Musée du Louvre, Donation Carlos de Beistegui. © Musée du Louvre/A. Dequier
Musée du Louvre, Donation Carlos de Beistegui. © Musée du Louvre/A. Dequier

L’œuvre restera inachevée mais incarne déjà la volonté de Bonaparte d’accorder davantage d’importance au caractère de la physionomie, qu’à une représentation strictement d’après nature. Elle illustre également l’intérêt que portait David au futur empereur, et ce portrait inachevé rejoint une grande composition inachevée elle aussi, que nous pouvons admirer au château de Versailles : Le serment du Jeu de paume. À travers ces deux esquisses transparaissent les techniques de David quant à l’exécution d’une toile, qui témoignent de ce basculement dans la vie de l’artiste, du fervent révolutionnaire qui vota la mort de Louis XVI, au premier peintre de l’Empereur Napoléon Ier quelques années plus tard…

Aujourd’hui, le blog Orion en Aéroplane se joint à moi pour vous faire découvrir un œuvre méconnue du musée du Louvre, et vous présente les faïences de Saint Porchaire. Et ne manquez pas les précédentes œuvres méconnues et lieux inexplorés du Louvre, regroupées ici.

serment du jeu de paume david
Jacques-Louis David, Le Sermet du Jeu de Paume (esquisse) Château de Versailles. ©histoire-image.org

Nicolas – Rédacteur en chef
> Tous ses articles
> Twitter

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s