Caillebotte à Yerres, au temps de l’impressionnisme

yerres
Le parc de la propriété Caillebotte à Yerres – huile sur toile, 65×92 cm, 1875

Il est temps de s’éloigner du tumulte parisien, de quitter le temps d’une journée la pierre de taille et les pavés, pour rejoindre le calme et la verdure de la Propriété Caillebotte à Yerres. Loin de la galerie des impressionnistes, où les plus grands se côtoient, il est temps pour vous de faire connaissance avec l’un d’eux, et de plonger au cœur des neuf années de sa vie passées à Yerres. Bienvenue dans l’intimité de Gustave Caillebotte.

Un mot sur Gustave Caillebotte et son œuvre : 

canotier
Gustave Caillebotte Canotier au chapeau haut de forme C. 1875-78 Huile sur toile 90 x 117 cm Collection particulière

Gustave Caillebotte (1848-1894) n’est pas un peintre impressionniste comme les autres. Issu d’une famille richissime, il n’eut jamais besoin de vendre ses toiles pour (sur)vivre et vivait avec une grande aisance financière. Cette richesse, il l’a mettra constamment aux services de ses amis, peintres impressionnistes dont il soutiendra sans cesse la cause et deviendra le mécène de la plupart d’entre eux (Monet, Renoir…). Une cause impressionniste qu’il soutiendra vivement, peut-être à la suite du refus du Salon de sa toile la plus célèbre aujourd’hui, Les Raboteurs de parquet. La technique picturale de l’artiste est assez singulière, nombreuses de ses toiles se rapprochent d’un cadrage photographique et l’artiste souligne cette instantanéité, ce moment pris sur le vif par la position des figures ou par un point de vue très peu utilisé en peinture, en plongée. Au sein de ce domaine de Yerres, Caillebotte semble y puiser une très grande inspiration. Il réalise plus de 80 toiles, illustrant son traitement remarquable de l’eau, de la lumière à différents moments de la journée à travers les jardins de la propriété, ou sur les bords de l’Yerres. Il est temps de nous intéresser de plus près aux toiles exposées à la ferme Ornée, anciennement dévolue à l’activité agricole, qui abrite aujourd’hui les expositions temporaires du domaine.

Retour au XIXe siècle, retour chez Caillebotte

caillebotte yerres
Pêche à la ligne (157 x 113 cm) / Baigneurs, bords de l’Yerres (157 x 117 cm) / Périssoires sur l’Yerres (157 x 113 cm) – huiles sur toiles – 1878
yerres effets de pluie
Gustave Caillebotte L’Yerres, effet de pluie 1875 Huile sur toile 81 x 59 cm Indiana University Art Museum, Bloomington

Avant d’arpenter les nombreuses allées du parc, découvrons Yerres, découvrons la Propriété Caillebotte au cœur du XIXe siècle. L’exposition se découpe en six salles, comptez quarante-trois toiles dont la grande majorité proviennent de collections particulières ou de musées américains : une excellente occasion de découvrir des œuvres de l’artiste très peu exposées auparavant, dont certaines sont de véritables chef-d’œuvre. La première salle est dédiée aux plaisir de l’eau et de la rivière. Il faut dire qu’elle traverse les jardins de la propriété, et quand Caillebotte ne pas peint les canotiers, il prend les rames et parcourt le fleuve. La navigation était une autre passion chez l’artiste (avec l’horticulture) et il concevra lui-même ses propres bateaux. L’œuvre ci-dessus était conçue initialement comme un trytique. Les trois toiles séparées aujourd’hui, se retrouvent le temps de l’exposition temporaire pour nous montrer tout le talent et la singularité qui habitait l’artiste. On observe son traitement de l’eau, remarquable ainsi que la particularité de son cadrage avec ce plongeur de dos, ou ce canotier qui figure dans le coin inférieur gauche de la composition, avec la majeure partie de son canoë situé hors-champ. Au fil des salles, on explore ce jardin du temps de Caillebotte, on aperçoit le Casin, demeure familiale de l’artiste, le potager, mais on plonge également dans l’intimité de l’artiste, en témoignent les nombreux portraits d’amis réalisés au sein du parc par le peintre. En 1879, la famille se sépare du domaine, et si Gustave Caillebotte peindra de moins en moins, il ne délaissera par pour autant ses pinceaux, et continuera à peindre, notamment à Paris dont une représentation très singulière d’un boulevard, en totale plongée, est ici exposée.

Découverte de la Propriété Caillebotte

kiosque caillebotte

Nous quittons les toiles de Caillebotte pour pénétrer maintenant dans le parc de la Propriété Cailebotte. L’âme du peintre est pourtant toujours bien présente, tant les lieux nous semblent désormais familiers après la visite de l’exposition. En se retournant, on aperçoit le Casin, et ce petit parterre de fleurs, tout comme Caillebotte le peignit dans Le Parc de la propriété Caillebotte à Yerres (première toile de l’article). La propriété appartient depuis 1973 à la commune d’Yerres, qui effectua un remarquable travail de restauration pour permettre au parc de retrouver son aspect d’origine. L’entretien du jardin est irréprochable si bien que l’on ose à peine faire quelques pas sur cette pelouse qui semble ne jamais avoir été foulée. Les animaux semblent s’être appropriés les lieux, et de très nombreux oiseaux sont visibles dans tous les recoins du parc. En parcourant ce jardin à l’anglaise, on savoure ces moments de plénitude dans ce cadre si proche de Paris et pourtant si abondant de verdure. Pénétrer dans le potager nous permet de retrouver encore certains endroits peints par Caillebotte, et de découvrir de nombreuses espèces entretenues et cultivées aujourd’hui par l’Association Potager Caillebotte.

barque yerrespotager caillebotte

Pour aller plus loin dans la visite du Parc, il est possible de louer des tablettes tactiles ou de télécharger directement l’application du domaine sur votre tablette. En suivant un parcours prédéfini, de nombreuses informations vous seront fournies sur le parc et son histoire, et certains points de vues permettent avec la réalité augmentée, d’apposer en surimpression la toile virtuelle sur votre tablette au paysage qui se trouve devant vous, et ainsi constater à quel point peu de chose a changé au cœur de ce jardin. Le kiosque (photo ci-dessus) surplombe la Glacière qu’il est également possible de visiter, et demeure être une véritable curiosité, tant par son entrée arborant l’apparence d’une grotte « romantique », que l’intérieur, immense voûte surplombée d’une passerelle pour vous permettre de constater la profondeur de cet ancien dispositif pour conserver la glace naturelle. Une fois sorti de la pénombre de la Glacière, pourquoi ne pas prendre place dans une des barques et se prendre pour quelques instants, pour une des figures peintes par Caillebotte… après tout, nous sommes chez lui.

Que vous soyez amateurs de jardins, de flâneries, de peintures : tout le monde trouvera son compte cet été à la Propriété Caillebotte. Les quarante-trois toiles exposées nous permettent de découvrir une face beaucoup plus intime de l’œuvre de l’artiste, tout en admirant la singularité et l’audace du peintre dans sa représentation des sujets les plus pittoresques. Yerres, autre capitale de l’impressionnisme ? La Propriété Caillebotte nous offre une excellente exposition temporaire, un jardin impeccablement entretenu pour se sentir le temps d’une journée, plus proche du peintre. Giverny à Monet, Yerres à Caillebotte : les amateurs d’impressionnisme seront comblés.

Caillebotte à Yerres au temps de l’Impressionnisme
Centre d’Art et d’exposition « La ferme Ornée»
Du 05 Avril au 20 Juillet 2014
Site de l’exposition
 

Nicolas – Rédacteur en chef
> Tous ses articles
> Twitter

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s