Joséphine, la passion des fleurs et des oiseaux

« C’est pour moi un bonheur inexprimable. »

Souvenez-vous il y a seulement quelques jours, nous vous emmenions au musée du Luxembourg à Paris, pour voir de plus près à quoi ressemblait l’hommage fait à Joséphine de Beauharnais. Parallèlement, le château de Malmaison – là où elle passa bon nombre de mois à cultiver les roses, s’entourer d’animaux, en somme, se reposer –, a organisé une exposition pour Madame Bonaparte. Conjointement à celle du Luxembourg, il n’est pas question d’histoire, de guerres napoléoniennes, mais bien un rendez-vous pour les amateurs de la faune et de la flore. 

Rose aime les roses 
© Point Culture.
© Point Culture.

Le vestibule d’entrée vous accueille muni de ses inséparables, ces oiseaux exotiques aux couleurs vives. Rendez-vous autour de Joséphine nous dit-on, mais d’une Joséphine non pas impératrice mais d’une femme déguisée autour de ces fleurs qui envahissent tous les murs du deuxième étage du château. La visite forcée mais ô combien agréable du rez-de-chaussée avec sa bibliothèque, ou encore son célèbre salon de musique, ou bien son premier étage comprenant la chambre de l’Empereur ainsi que celle de Joséphine mènent tout droit au deuxième étage. Joséphine rebaptisée comme telle par Napoléon, s’appelait à l’origine Rose. Ce doux prénom emprunt à de la mélodie convient on ne peut mieux à l’Impératrice. Éprise d’une passion pour les fleurs, et particulièrement pour les roses, ainsi que pour les animaux exotiques. L’exposition se veut comme une suite à celle du Luxembourg, qui n’a que légèrement esquissé la passion de Joséphine pour les fleurs et les animaux. À l’ambition d’une impératrice, Joséphine n’a rien de Madame Bovary dans sa maison. Elle se chargea d’envoyer à sa place, des botanistes et explorateurs afin de rapporter à Malmaison, variétés de plantes et animaux « étrangers ».

IMG_4428
© Point Culture.

Nous l’avons vu à Paris, elle est l’incarnation même de l’élégance, de la grâce et de la beauté. Imaginez donc un temps soit peu, les jardins de Malmaison, baignés par le soleil chauffant sur les roses colorées en des teintes presque infinies. Joséphine aime le beau, c’est incontestable. En plus de s’entourer d’une riche collection, elle sut s’enrichir aussi intellectuellement de connaissances sur ces domaines que sont entre autres la botanique.

Ambiance tamisée. L’exposition est rythmée de sons sortants d’ici et là, sifflements d’oiseaux, bruits intrigants de la nature, écrans vidéos laissant apparaître une faune. C’est une exposition qui entend rapprocher Joséphine de la nature, la détacher un instant de son rôle d’impératrice dont elle fut répudiée. Sa vaisselle remarquablement exécutée ou bien ces livres monumentaux montrent à eux seuls la passion qui l’habitait. Le parcours invite à une découverte, sans trop se poser de questions, admirant tantôt de la flore sur de grands papiers comme on ferait une esquisse ; tantôt les paysages peints et dessinés de Malmaison, témoin de la beauté séculaire du lieu. Quelques pièces surprennent néanmoins, comme l’ajout de bouquets artificiels qui sont recomposés certainement comme Rose les aimaient.

Point Culture s’est rendu à l’avant-première de l’exposition. Le mois d’avril passé, le soleil se fait de plus en plus présent. Un dimanche à la campagne vous en rêvez ? Malmaison, Malmaison, Malmaison…

© Point Culture.
© Point Culture.

 

2 réponses sur « Joséphine, la passion des fleurs et des oiseaux »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s