[Œuvres méconnues du Louvre] Tintoret, Le Couronnement de la Vierge

Contre mes habitudes, je ne vais pas m’éloigner de la foule que l’on peut trouver dans les salles les plus courues du musée, je vais en effet vous emmener au cœur de la Salle de la Joconde. Aujourd’hui, peinture italienne avec Le Tintoret. Mais j’en vois déjà hurler derrière leur écran : considérer cette toile comme une œuvre méconnue est une aberration, et l’auteur de cet article mériterait d’être mis en cage. Alors pourquoi consacrer une chronique à cette œuvre ? Explications.

Je vous emmène aujourd’hui au sein de l’aile Denon, qui abrite les plus grands chefs-d’œuvre du musée du Louvre certes, mais qui est et de loin la partie du musée la plus prisée par les touristes visiteurs. Parcourez la Grande Galerie, et pénétrez au sein de la Salle de la Joconde : le parcours du combattant commence. Face à vous, le Saint Graal, la Monna Lisa, qui derrière sa vitre, continue de contempler les millions de visiteurs qui viennent l’observer à travers l’objectif de leur smartphone. Face à cette grande dame, Les Noces de Cana de Véronèse. Plus grande toile du musée, elle attire la jalousie des nombreuses autres toiles présentes dans la salle, qui ne demandent que quelques minutes d’attention des visiteurs, en vain. Parmi elles, Le Couronnement de la Vierge, du Tintoret.

Située à mi chemin entre La Joconde et Les Noces de Cana, cette œuvre à mes yeux, ne mérite pas si peu d’attention, d’où ma volonté d’en parler à travers cette chronique. Si vous avez franchi les portes du palais des Doges à Venise, cette œuvre doit impérativement vous évoquer quelque chose. Il s’agit en effet de la première esquisse peinte pour le concours de la décoration de la salle du Grand Conseil, et nous présente à travers plusieurs registres superposés, déployés en hémicycles à travers les nuages, de nombreuses figures du christianisme assistant à ce couronnement. Si la composition est beaucoup plus aérée que le résultat final, tout l’art du peintre semble être réuni au sein de cette composition, comme l’atteste cette palette chromatique riche et ce mouvement circulaire qui donne littéralement un mouvement d’aspiration à la scène. La Salle de la Joconde abrite bien des toiles d’exceptions, il serait dommage ne ne prêter attention qu’aux deux stars de ce lieu surpeuplé du musée.

tintoret venise
Tintoret, Le Couronnement de la Vierge. Version définitive, à Venise. ©pointculture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s