[Lieux inexplorés du Louvre] Le couloir des Poules

Pour cette troisième chronique consacrée au musée du Louvre, Point Culture souhaitait vous faire découvrir le couloir des Poules. Explorez l’aile Sully sans doute plus tranquille que ses consœurs Richelieu et Denon. Enjambez les deux étages afin d’atterrir dans les salles 36 à 73 consacrées aux peintres de Jean-Antoine Watteau – le XVIIIe siècle et la rocaille – en passant par Jean Siméon Chardin, François Boucher, Jean-Honoré Fragonard ; puis Jacques-Louis David, Jean-Auguste-Dominique Ingres et les autres jusqu’à Jean-Baptiste Camille Corot. 

Le parcours chronologique de ces salles est très clair et permet de saisir très nettement l’évolution de la peinture du XVIIIe siècle à la moitié du XIXe siècle – siècles marqués par plusieurs courants artistiques (rocaille, néoclassicisme, romantisme, l’École de Barbizon). Dans le département des Arts graphiques, la salle 42, relativement discrète, apparaît comme une annexe dans l’itinéraire ; accessible par deux petites entrées quelques peu obscures.

Bienvenue dans le couloir des Poules ! Selon Pierre Rosenberg (Dictionnaire amoureux du Louvre, Paris, Plon, 2007), l’appellation de « poules » n’est pas clairement définie. Plusieurs raisons pourraient explique cela. Logement du peintre Pieter Boel, dit Boule ? Des artistes y auraient élevé des poules ? Ou la rue des Poulies proche ?

Flanquée d’un œil-de-bœuf, ces fenêtres circulaires, la salle longitudinale est assez étroite. Un endroit très élégant et étonnant, mais aussi assez peu éclairé : adéquat pour des œuvres fragiles comme les pastels. Le plafond est voûté tout le long, les murs sont peints d’un rose framboise, jouxtés de pans de murs en bois vernis qui ne sont pas sans rappeler les cadres des œuvres dans les mêmes teintes. Et le sol, recouvert de grandes dalles de carrelages grises anthracites ; la touche de raffinement. Que contient cet endroit ?

Joseph Ducreux, Élisabeth Vigée-Lebrun, Jean-Baptiste Greuze, Jean-Baptiste Perronneau. Ces peintres français des XVIIIe et XIXe siècles vous font découvrir des pastels et miniatures. Le couloir des Poules est essentiellement habité par des portraits, voire autoportraits dans des couleurs très pastels pour le coup. Des toiles qui ne demandent qu’à être découvertes.

Point Culture entend faire connaître ces endroits séculaires qui sont assez peu connus du public. Allez y faire un tour !

Musée du Louvre
Aile Sully
2e étage
Salle 42, dit le « couloir des Poules »

2 thoughts on “[Lieux inexplorés du Louvre] Le couloir des Poules

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s