Le voyage de l’obélisque de la place de la Concorde

obelisque concorde
Érection de l’Obélisque de Louxor,25 octobre 1836, détails, aquarelle. Cayrac, 1837
Dépôt du musée du Louvre© Musée national de la Marine/P. Dante

Il trône depuis maintenant 170 ans sur la place de la Concorde, et s’inscrit pleinement dans le paysage parisien : L’obélisque prend place dans l’axe reliant le Musée du Louvre à la place de l’Etoile, ainsi que celui reliant l’église de la Madeleine à l’Assemblée Nationale, c’est un monument incontournable qui ne passe jamais inaperçu et pour cause, que fait un élément architectural égyptien en plein coeur de la capitale ? Paris n’est pas un cas isolé, et d’autres obélisques prennent place en Europe :

On trouve un obélisque sur la place Saint-Pierre, transportée par Caligula à Rome pour orner son cirque du Vatican,   celui de la place Saint-Jean-de-Latran, toujours au sein de la ville éternelle et plus grand obélisque érigé à ce jour, sous Thoutmosis III à la fin du XVIè siècle avant notre ère, mais également à Londres et à New York. Les obélisques prenaient le plus souvent place à l’entrée des grands temples égyptiens et en plus de représenter une pétrification des rayons du soleil, ils étaient ornés d’un vaste programme iconographique dédié au pharaon dans le but d’exalter ses nombreux exploits.

Celui présent sur sur la place de la Concorde fut érigé sous le (long) règne du pharaon Ramsès II au cours du XIIIè siècle avant notre ère : C’est en dehors des collections égyptiennes du Musée du Louvre, l’oeuvre la plus ancienne que vous pouvez admirer au sein de la capitale.  Mais transporter cet obélisque de l’entrée du temple de Lousqor à Paris ne fut pas une mince affaire : Haut de 23 mètres et pesant plus de 220 tonnes, il fallu plus de sept ans pour d’une part enlever l’obélisque sans le briser, lui faire descendre le Nil et traverser la Méditerranée et l’Atlantique pour l’ériger de nouveau à Paris. Vous pouvez d’ailleurs voir sur le haut piédestal, les différentes étapes du transport de ce gigantesque monolithe. Un des hommes derrière cet exploit qui fut réalisé sans les moyens techniques que nous possédons aujourd’hui, n’est d’autre que Jean-François Champollion, le père de l’égyptologie. Le choix de la place de la Concorde n’est pas anodin puisque Louis Philippe décida d’ériger un monument étranger sur ce lieu emblématique de la Révolution Française (dont elle pris un moment le nom) afin d’empêcher tout litige de mémoire quant à cette place qui fut le théâtre de l’exécution de Louis XVI (parmi tant d’autres.)

Pour en savoir plus sur ce transport de l’obélisque, il faudra vous rendre au Musée national de la Marine qui présentera une exposition entièrement dédiée à ce véritable périple. En attendant le 12 février, vous pouvez d’orer et déjà jeter un oeil sur la bande annonce de l’exposition.

Le voyage de l’obélisque : Louxor/Paris (1829-1936)
Musée National de la Marine
17 Place du Trocadéro
75116 Paris
Site de l’exposition

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s