Delacroix en héritage : la collection d’Étienne Moreau-Nélaton

« Mon logement est décidément charmant… » Eugène Delacroix

Un partenariat avec le musée du Louvre et un musée dévoué à un seul et même artiste : le musée national Eugène Delacroix s’est réservé le soin d’organiser une exposition temporaire autour de son protagoniste : Delacroix en héritage. Autour de la collection d’Étienne Moreau-Nélaton. L’exposition commémore les 150 ans de la mort du peintre, en 1863.

Eugène Delacroix, Portrait de l'artiste, vers 1837, musée du Louvre, Paris.  © RMN / Jean-Gilles Berizzi
Eugène Delacroix, Portrait de l’artiste, vers 1837, musée du Louvre, Paris.
© RMN / Jean-Gilles Berizzi

Le musée national Eugène Delacroix, dans le très chic Saint-Germain-des-Près, regroupe des œuvres acquises par Adolphe Moreau père (1800-1859) et son fils, Adolphe Moreau fils (1827-1882). Effectivement, proches de Delacroix, ils collectionnèrent de nombreuses œuvres de peintres de différents courants artistiques. Dessins, aquarelles délicates, toiles mais aussi dessins préparatoires (aujourd’hui considérés comme des œuvres à part entière) sont les différents supports qui ont servi à l’œuvre du peintre. De plus, l’art de Delacroix est également passé entre les mains d’Étienne Moreau-Nélaton – petit-fils d’Adolphe Moreau et par extension un très grand artiste et historien de l’art. C’est ainsi que l’exposition s’attelle à rendre un « hommage » pourrait-on le qualifier ainsi, à la famille de collectionneurs.

De fait, la collection Étienne Moreau-Nélaton a contribué en conséquence à enrichir les collections des musées du Louvre et d’Orsay entre autres. L’exposition présente alors des œuvres de cette collection divisée.

Eugène Delacroix, Études d'après des miniatures persanes, musée du Louvre, Paris.  © RMN-GP (Louvre) / Michèle Bellot
Eugène Delacroix, Études d’après des miniatures persanes, musée du Louvre, Paris.
© RMN-GP (Louvre) / Michèle Bellot

La scénographie est clairement imposée par le lieu.

C’est en effet – comme l’indique la citation ci-dessus –, dans l’ancien appartement d’Eugène Delacroix même que se trouve le musée. Le parcours s’organise entre des salles flanquées les unes aux autres, mais aussi, dans l’atelier du peintre fraichement rénové depuis. L’été, le soleil et la végétation permettent un agréable moment dans le jardin du musée ; lequel nous découvrons pour accéder à l’atelier.

Un des chefs de file du courant romantique, Eugène Delacroix (1798-1863), veut à travers le langage pictural transporter des émotions. Il n’est hélas pas question d’importer La Liberté guidant le peuple (1830), la taille de cette toile (260 x 325 cm), ne permit évidemment pas d’être exposée dans le musée. Les peintures sont assez frappantes par leur luminosité même si le fond peut s’avérer être plus sombre. Cela est nettement visible dans Portrait de l’artiste (1837), le fond « à la Rembrandt » d’une gamme de bruns, s’oppose à la lumière vive du visage, laquelle illumine et donne une certaine vigueur à la figure.

Il ne vous reste qu’à découvrir cette collection ou devrait-on dire, cet héritage ? En attendant, découvrez une très courte présentation de l’exposition.

Delacroix en héritage
Musée national Eugène Delacroix
6, rue de Furstenberg
75 006 Paris
Du 11 décembre 2013 au 17 mars 2014
Site du musée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s