Les expositions à ne pas manquer en 2014

Les expositions dont je vous parlais en septembre 2013 ferment leurs portes où entrent dans leurs derniers jours. Mais voilà que se dresse  d’ores et déjà la liste de celles qui marqueront à coup sûr la première partie de l’année 2014, et qui attirent fortement mon attention. Autant vous le dire tout de suite, cette liste est alléchante et nous laissera à coup sûr, aucun répit. Mais doit-on s’en plaindre ?

jean beraudParis 1900 – La ville spectacle
Petit Palais, du 1er avril au 17 août 2014.

Amoureux de la Belle Époque, c’est inévitablement au Petit Palais qu’il faudra vous rendre. La fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, seront marqués par de nombreux progrès technologiques et une remarquable richesse culturelle. Le Paris d’Haussmann achevé, voit naître le Petit et le Grand Palais, le pont Alexandre III, une certaine tour Eiffel, tandis que l’Exposition universelle semble illustrer ce rayonnement culturel qui caractérise la France de cette époque. Les frères Lumières projettent pour la première fois leur film La sortie de l’usine lumière à Lyon marquant les prémices du septième art, tandis que l’impressionnisme ouvrait la voie au fauvisme, au cubisme et à l’expressionnisme. Tant d’innovations et richesses culturelles au sein d’une même courte période, jamais Paris n’aura été si rayonnante. Le Petit Palais se penchera plus particulièrement sur l’émergence des loisirs modernes nés à la Belle Époque, et illustrera à travers de nombreuses œuvres d’art, objets, affiches et costumes, les fastes d’une époque qui sombrera quelques années après dans une véritable boucherie qu’est la Première Guerre mondiale. NOTRE AVIS

boucher_les_charmes_de_la_vie_champetreDe Watteau à Fragonard – Les fêtes galantes
Paris, Musée Jacquemart-André, du 14 mars au 21 juillet 2014.
Une partie du  XVIIIe siècle est marquée par la peinture rococo, dont les plus éminents représentants sont Watteau, Boucher et Fragonard. Abordant des thèmes légers dans des décores champêtres, des gens d’une classe aisés s’offrent à de véritables fêtes galantes, où le sentiment amoureux semble être l’esprit dominant dans chacune des toiles. Les figures prennent place au sein d’une végétation luxuriante aux couleurs claires, et s’adonnent à ne vie insouciante, mêlée de confidences et de jeux. S’il vous est difficile d’attendre le 14 mars, il est toujours possible de se rendre au sein des peintures française du XVIIIe siècle au musée du Louvre, ces salles sont particulièrement calmes et vous y retrouverez de nombreuses toiles « rococo ». NOTRE AVIS

Moi, Auguste, Empereur de Romeauguste grand palais
Paris, Grand Palais, du 19 mars au 13 juillet 2014.
Le Grand Palais commémore le bimillénaire de la mort du premier empereur romain, fils adoptif de Jules César qui mena l’art impérial à son apogée. L’avènement de l’Empire entraîne une production colossale de portraits sculptés, bas-reliefs destinés à légitimer le pouvoir de l’empereur, mais l’exposition ne s’arrête par à l’art de propagande qui brilla sous le règne d’Auguste et proposera aux visiteurs une grande sélection de mobilier, d’argenterie ainsi qu’une reconstitution d’une villa des pentes du Vésuve où des tombes découvertes en Gaule, révélant les profonds changement apportés par les Romains au sein de l’Empire. NOTRE AVIS

Van Gogh / Artaud – Le suicidé de la sociétévan gogh les oiseaux
Paris, musée d’Orsay, du 11 mars au 15 juin 2014.

Van Gogh n’étais pas seulement un artiste de génie, l’homme était en tout point fascinant et je vous recommande de vous plonger dans ses Lettres à son frère Théo, pour ne plus voir derrière cet artiste un sombre fou se tranchant l’oreille, mais un monstre de travail qui ne vivait que pour son art. Le galeriste Antonin Artaud écrivit par ailleurs un grand texte sur le peintre, juste avant l’ouverture d’une rétrospective dédiée à l’artiste à Paris, en 1947, considérant la folie de l’artiste comme « une réponse de l’âme à l’imbecillité universelle qui lui souffle Vous délirez ». Un thème complexe, à l’image du peintre dont vous retrouverez toiles, dessins et lettres ainsi qu’une sélection d’œuvres graphique du poète-dessinateur. NOTRE AVIS

Bill Violabill viola grand palais
Grand Palais, du 05 mars au 21 juillet 2014.
Pour la première fois est organisée au Grand Palais une rétrospective consacrée à l’un des plus célèbres représentant de l’art vidéo. Initialement plus intéressé par la musique que la vidéo, il suit des cours de musique électronique sur synthétiseur, avant d’appréhender le signal  électronique comme un matériau avec lequel il peut travailler. Son œuvre, allant de 1975 à aujourd’hui, présente de nombreux tableaux en mouvement et installations monumentales, abordant des thèmes métaphysiques comme la vie, la mort, la transfiguration. NOTRE AVIS

Gustave Doré (1832-1883) – L’imaginaire au pouvoirgustave doré orsay
Musée d’Orsay, du 11 février au 03 mai.
Son nom vous évoque peut-être quelque chose, mais ses dessins ne vous seront seront certainement pas inconnus. Gustave Doré illustra les célèbres Contes de Perrault, ainsi que La Sainte Bible, mais également des œuvres des plus grands écrivains tels que Dante, Rabelais, Shakespeare, Hugo, Poe… Vous aurez donc certainement croisé au moins une fois au cours de votre tendre enfance, les dessins parfois traumatisants de l’artiste, bien loin de l’image guimauve que Disney véhiculât le siècle suivant. Un imaginaire riche et varié développé par l’artiste qui brilla au sein de nombreux médias artistiques tels que le dessin, l’aquarelle, la sculpture, la gravure, la peinture dont l’un de ces chefs d’oeuvre, l‘Enigme, est conservé au musée d’Orsay, qui lui consacrera une rétrospective dès le 11 février. NOTRE AVIS

Les Impressionnistes en privégustave caillebotte
Du 16 février au 06 juillet, Musée Marmottan Monet.
Le musée célèbre cette année son quatre-vingtième anniversaire, et rend hommage aux collections privées puisque les œuvres exposées seront toutes fournies par de nombreux prêteurs des quatre coins du monde. L’occasion pour le public d’admirer des toiles pour la plupart jamais vues, de Corot, Boudin, Manet, Jongkid, Bazille, Monet, Renoir, Degas, Pissaro, Sisley, Caillebotte, Cézanne, Rodin, Morosot, Gonzalès … Les amateurs de l’impressionnisme seront probablement aux anges face à plus de quatre-vingt toiles qu’ils découvriront pour la toute première fois.

joséphine musée du luxembourgJoséphine
Musée du Luxembourg, du 12 mars au 29 juin.
Après les sœurs de Bonaparte au Musée Marmottan Monet, c’est au tour de l’impératrice Joséphine d’avoir sa propre exposition, organisée à l’occasion du bicentenaire de se mort. En collaboration avec avec le Musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau, le musée du Luxembourg proposera au public de nombreux souvenirs personnels et les plus grands chefs-d’œuvre de ses collections d’art. L’occasion de découvrir la femme qui se cachait derrière l’Impératrice, passionnée par la peinture, les voyages, la musique et les jardins. NOTRE AVIS

Monumentamonumenta 2014
Ilya et Emila Kabakov – L’étrange cité. Grand Palais, du 10 mai au 22 juin.
Après Kiefer, Serra, Boltanski, Kapoor et Burren, Monumenta est de retour cette année et pour cette occasion, les Kabakov feront de la nef du Grand Palais, une véritable cité utopique, puisant ses références dans la Renaissance, le romantisme et le monde moderne. Cette cité utopique abritera plusieurs bâtiments, du musée vide à la chapelle obscure abritant de gigantesques peintures sur fond noir.

Il était une fois l’Orient Expressorient express ima
Institut du Monde Arabe, du 1er avril au 03 août.
Surprise de taille pour les visiteurs de l’Institut du Monde arabe qui pourront voir et pénétrer à l’intérieur du fameux Orient Express, qui ouvraient pour la première fois aux voyageurs du XIXe siècle, les portes de l’Orient. Après la visite de trois célèbres voitures du train, dont la voiture-bar immortalisée dans le film Le crime de l’Orient Express, les visiteurs pourront découvrir une véritable exposition sur ce train qui fascine toujours autant aujourd’hui.

L’État du cielpalais de tokyo 2014
Palais de Tokyo, du 14 février au 07 septembre.

Après un Palais de Tokyo complètement investi par Philippe Parreno, la nouvelle saison du temple de l’art contemporain s’ouvre sur l’attention portée par des artistes, des poètes, des philosophes aux circonstances physiques, morales et politiques de notre monde. Nombreuses visions d’artistes sur notre monde et le réel qui nous entourent se confronteront au sein du Palais de Tokyo, dès le 14 février.

Robert Mapplethorperobert mapplethorpe grand palais
Grand Palais, du 26 mars au 13 juillet.
Célèbre pour ses photographies en noir et blanc présentant portraits, natures mortes, nus, Robert Mapplethorpe disparut en 1989, laissant derrière lui une œuvre aux dimensions classiques, marquées d’une recherche permanente de la perfection esthétique. Plus de 200 photographies seront présentées à l’occasion, avec la coopération de la Fondation Robert Mapplethorpe à  New York. NOTRE AVIS

Indiens des Plaines indiens des plaines
Musée du Quai Branly, du 05 avril au 20 juillet.
Sioux, Crow, Osage, Ojibwa, Cheyenne, Kansa, Otoe, Kiowa, Pawnee, toutes ces tribus peuplaient les plaines d’Amérique du Nord, avant la colonisation européenne. La persistance de leur culture est mise à l’honneur au Quai Branly, offrant une sélection d’œuvres contemporaines à des œuvres traditionnelles illustrant l’histoire d’un peuple confronté à des bouleversements historiques nombreux peintures et dessins, sculptures de pierre, de bois, d’andouillers et de coquillages, broderies à base d’épines de porc-épic et de perles de verre, parures de plumes, plus de 140 objets et œuvres d’arts seront présentées au visiteurs. L’occasion de découvrir une civilisation trop souvent victime d’une représentation stéréotypée véhiculée par les grands films hollywoodiens.

Clémenceau et l’Asiemusée guimet clemenceau et l'asie
Musée Guimet, du 12 mars au 16 juin.
Les expositions se suivent à un rythme effréné au Musée Guimet. Surnommé le tigre, Georges Clémenceau était un passionné des arts asiatiques dont il collectionnait de nombreuses œuvres, réunies au sein de l’exposition, avec de nombreuses photographies de son grand voyage en Asie. Notons que le «Père de la Victoire » était un anticolonialiste affirmé, et prônait l’égalité des peuples et ce dès la fin du XIXe siècle. Une exposition qui s’inscrira dans la commémoration internationale du centenaire de la Grande Guerre.

3 thoughts on “Les expositions à ne pas manquer en 2014

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s