Le Surréalisme et l’objet au Centre Pompidou

téléchargement

Le surréalisme est, d’après moi, une des périodes de l’Histoire de l’Art contemporain les plus fascinantes. Force est de constater que le Centre Pompidou partage le même avis sur la question puisque, moins d’un an après une exposition portant sur un des maîtres dans le domaine (Dali), le musée récidive avec une rétrospective portant sur le mouvement surréaliste et son rapport à l’objet. Alors, les arts décoratifs et l’étude des objets n’ont jamais été ma tasse de thé mais je dois vous avouer que le rapprochement étudié à travers l’exposition est vraiment très intéressant.

Mais d’abord, un point sur ce courant artistique avant de se plonger dans l’exposition :
Le surréalisme est un mouvement artistique et littéraire né dans les années 20 suite à la Première Guerre mondiale. Celui-ci avait deux buts : premièrement libérer la pensée des artistes, les permettre de penser différemment afin d’être plus libres de créer. Ils s’intéressaient beaucoup aux dimensions de l’irrationnel, ce que l’homme ne peut contrôler. Deuxièmement il avait un but politique e­n considérant l’art comme un moyen d’expression à part entière, comme un moyen de changer les consciences.

Et c’est là que le rapprochement avec cette exposition se fait !

En effet, trois ans avant de rejoindre le parti communiste en 1927, André Breton, le chef de fil du mouvement surréaliste, écrit un manifeste. Dans celui-ci, il appel le mouvement à « se libérer du monde sensible », à travailler sur leur inconscient en soi, essayer de se détacher des influences extérieures. Seulement il y a là un paradoxe : comment arriver à créer un art qui ignore la réalité tout en se rattachant à un parti politique qui, lui, lutte pour la faire évoluer ? L’objet va permettre ce rapprochement de l’inconscient à la réalité. En détournant, en créant quelque chose de réel on arrive à lier la volonté artistique à la réalité politique.

Les origines du mouvement surréaliste remontent au Dada avec Marcel Duchamp et Giorgio de Chirico. Le premier avec son Porte-Bouteilles, son premier ready-made (le plus célèbre étant la Fontaine) crée un nouveau concept en détournant un objet de la vie courante. En montrant ce que le spectateur ne voit pas et en le nommant comme œuvre d’art, il en fait un objet tout à fait hors du commun. Quant à Giorgio de Chirico il innove en plaçant des mannequins en bois dans ses œuvres, ceux-ci dérangent car ils représentent ce que l’homme est physiquement tout en étant immortel et dénué de sentiments.

Ces deux œuvres vont devenir de vraies sources d’inspiration pour les artistes surréalistes et sont les premières œuvres que vous pourrez observer en entrant. Elles sont le tenant de cette exposition.

EXP-SURREALISMEOBJET3_normalLe musée Pompidou a réussi à réunir un nombre incroyable d’artistes comme : Dali, Giacometti, Picasso, Max Ernst, Miró, Man Ray pour ne citer qu’eux. Vous serez impressionnés par le panel d’objets présentés. En effet, celui-ci va de l’objet ready-made au meuble, en passant par des minéraux. Vous ne manquerez pas bien sûr le Téléphone-homard de Dali et autres perles surréalistes. J’ai été assez fascinée par l’immense créativité qui caractérise ce mouvement artistique, bien que le connaissant déjà assez bien ; la surprise est au rendez-vous du visiteur curieux. C’est une part nouvelle de l’histoire de ce mouvement qui est présenté ici, tout aussi captivante et étonnante.

La muséographie nous emmène au plein cœur de « l’Exposition internationale » donnée par le mouvement en 1938 en reprenant exactement la même scénographie ce qui est franchement très agréable. Elle divise la salle en plusieurs rues et crée une atmosphère sombre, très surprenante. Des noms de rues inventés par les artistes surréalistes qui auront le don de vous faire sourire sont projetés au sol. La présentation très épurée qui caractérise le musée Pompidou est très bien vue dans un univers assez fou tel que le mouvement surréaliste.

Les vidéo-projections présentées sont captivantes, la musique d’ambiance inquiétante, la gamme d’objets présentés est très éclectique. En définitive, une muséographie épatante. De plus, le musée ajoute une petite touche de nouveauté en présentant des artistes jeunes s’étant inspirés du surréalisme, preuve que ce mouvement a eu un impact important sur la vision de la création de l’objet. Seul bémol les bruits assez grotesques diffusés qui empêchent vraiment la concentration du spectateur sur un sujet assez complexe tel que ce mouvement. Les explications psychologico-artistiques mêlées à des cris ne sont vraiment pas de bon ton face à un sujet qui demande une certaine concentration. De plus, les explications murales et les dépliants ne sont pas très clairs pour un visiteur non familier à l’Histoire de l’Art. Mais rarement un sujet pareil n’avait été traité, et il sera très agréable pour le spectateur curieux de se baigner dans un univers pareil. Une exposition que je vous recommande vivement.

surrealisme

Le Surréalisme et l’Objet
Centre Pompidou
30 Octobre 2013 – 3 Mars 2014

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s