Villes du Monde (1870/1939) à la Bibliothèque de l’Hôtel de Ville.

villes du monde

Ville du Monde. Voilà un thème bien vaste et assez difficile à traiter tant les aspects des grandes métropoles de la fin du XIXème siècle et du début du XXème sont nombreux. Développement de l’automobilisme, accélération de l’urbanisme donnant naissance à de nouvelles architectures, industrialisation du monde … Autant le dire tout de suite, cette exposition ne prend aucun risque quant à la présentation des 175 photographies qui vous attendent, et c’est bien dommage.

Avec comme sens de visite « libre » le choix d’un point cardinal avant de suivre les trois autres, la présentation des villes du monde se fait sans surprises, et les photographies sont parfois bien peu nombreuses. Si Rome est par exemple l’une des villes les plus illustrées, comptez cinq photographies en moyenne pour les autres villes, dont certaines manquent cruellement à l’appel. Il est vrai qu’un choix s’impose et qu’exposer les photographies de toutes les métropoles à l’aube du XXème aurait nécessité la privatisation d’un espace beaucoup plus grand, mais quand même, une exposition traitant des villes du monde de la fin du XIXème siècle et oublier Paris, on ne sait pas véritablement s’il faut en rire ou en pleurer. Ainsi, il m’aurait semblé plus judicieux de présenter moins de villes, mais davantage de photographies par métropole. De plus, l’espace d’exposition est relativement sombre et paraît peu accueillant : Choisir une extrême sobriété est une chose, mais des murs blancs avec trois bancs cubiques extrêmement mal éclairés, mettant peu en valeurs certaines photographies, cela rend l’espace peu accueillant et il est dommage dans un espace telle qu’une galerie, de se sentir mal à l’aise. On est loin de la Pinacothèque aux allures de parking souterrain mal reconverti, mais on s’en rapproche, je reviendrai dans un prochain article sur l’importance que j’attache à la scénographie dans une exposition. Malgré tout, il est intéressant de faire ce (court) tour du monde en photographies d’époque pour constater de l’évolution ou non de certains lieux, constater les ressemblances entre chaque ville et observer certains détails caractéristiques de l’époque  comme la naissance de l’automobile, la mode du XIXème siècle, les publicités murales … Le point fort de cette exposition est la présence les très nombreuses explications qui accompagnent chaque photographie et ainsi, chaque photo d’un bâtiment, d’une place aura son propre cartel dédié avec un explication relative à son histoire et à sa construction. C’est toujours ça de pris …

photos

Une exposition vraiment paresseuse. Là où il aurait été judicieux selon moi de comparer différents aspects de ces villes du monde comme l’urbanisme, l’architecture, les populations, cette exposition nous offre seulement quelques clichés par ville, bien légendés certes, mais qu’on oubliera très vite. Dommage.

J’ai aimé :
-Cartels riches en informations.

J’ai moins aimé :
-Trop peu de photographies par villes.
-Une scénographie beaucoup trop facile.
-Un éclairage trop faible.

2 réponses sur « Villes du Monde (1870/1939) à la Bibliothèque de l’Hôtel de Ville. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s