Nouvelles Vagues au Palais de Tokyo

Après Soleil Froid, c’est avec Nouvelles Vagues que le Palais de Tokyo propose aux visiteurs de nombreux thèmes, recoupés en de nombreuses petites expositions, assez inégales à mon goût mais vraiment intéressantes. Des installations magnifiques et impressionnantes, aux vidéos me dépassant complètement, il y a suffisamment de quoi faire pour être complètement dépaysé entre chaque thème et passer facilement deux heures au sein de ce temple de l’art contemporain. Avec les expositions du Palais de Tokyo, l’on peut opter pour deux types deux comportements selon moi : Le premier sera de jouer complètement le jeu, et lire les pavés intellectualisant des oeuvres aux apparences simples au premier abord, ou prendre le tout avec un certain recul, sans trop y voir à travers un pavé compliqué pourquoi telle ou telle oeuvre offre un regard interrogateur et complexe sur le monde, mais plutôt d’apprécier l’ensemble de l’exposition, en ponctuant le tout de petites touches d’humour lancées à ses amis, sans pour autant dénier le travail qui à été fait par les artistes. Et c’est peut être le bon moment pour s’y rendre, les parisiens partis et les touristes préférant la Dame de Fer et autres monuments emblématiques de la capitale, arpenter les couloirs sombres de Nouvelles Vagues est un régal, et ce plaisir de la découverte renouvelé à chaque thème ne diminue jamais. Certes, on restera de marbre devant certaines parties de l’exposition, mais d’autres attireront suffisamment notre attention pour ne pas oublier Nouvelles Vagues. Si les nouvelles expériences vous intéressent, pourquoi pas, d’autant plus que si vous aimez prendre de jolies photos, le Palais de Tokyo est toujours un endroit de choix.

Nouvelles Vagues, au Palais de Tokyo
Du 21 Juin au 9 Septembre 2013
13 Avenue du Président Wilson (XVIème)
Plein Tarif : 10€ / Tarif Réduit : 8€
Midi-Minuit, sauf le mardi

Image

Image

Image

Image

Image

Image

3 thoughts on “Nouvelles Vagues au Palais de Tokyo

  1. Nous irons sans doute y faire un tour.
    Ça semble en effet intéressante.
    Dans ton diaporama, une chose m’a frappé: L’affiche de Guerrilla Girl montre une méconnaissance consternante de la société ante XXème siècle et des règles du commentaire historique.
    Elles auraient parlé du « MOMA », j’aurais agréé (mais leur remarque aurait alors été fausse), mais parler du Met en ces termes est une ânerie de première grandeur.
    Mais bon, l’idéologie ne s’est jamais encombrée de vérité historique…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s